Au festival Fumetti, l’invité Hugues Micol nous parle de son dernier album Saint-Rose, à la recherche du dessin ultime

Hugues Micol est aujourd’hui présent à l’occasion du festival Fumetti – Le grand Air, festival de bande-dessinée qui se déroule à Nantes et pour cette dernière journée l’auteur de l’album Saint-Rose à la recherche du dessin ultime récemment publié chez Futuropolis nous parle de son petit dernier.

« Ma méthode de travail est globalement assez instinctive. je prépare assez peu et je cogite beaucoup […] Comme je suis très concentré quand je dessine, je ne me souviens pas toujours du processus […] Je pars souvent d’un canevas abstrait, de formes que je dessine avec de l’aquarelle très légère. Si une forme ne me plaît pas, je la recouvre avec de la gouache […] Ce qui m’intéresse dans cette technique c’est le mélange entre la luminosité de l’aquarelle et l’opacité de la gouache. «Ma méthode de travail est globalement assez instinctive. je prépare assez peu et je cogite beaucoup […] Comme je suis très concentré quand je dessine, je ne me souviens pas toujours du processus […] Je pars souvent d’un canevas abstrait, de formes que je dessine avec de l’aquarelle très légère. Si une forme ne me plaît pas, je la recouvre avec de la gouache […] Ce qui m’intéresse dans cette technique c’est le mélange entre la luminosité de l’aquarelle et l’opacité de la gouache. »

« J’aime le papier, le type, la table lumineuse […] j’ai besoin d’un côté manuel, de bricolage, d’encres, de tâches… J’aime les accidents qui n’arrivent pas avec une machine. »
Hugues Micol

Le festival Fumetti est aussi l’occasion de voir des collectifs, des fanzines et des éditeurs qui se sont rejoins pour présenter leurs travaux au grand public, le tout accompagné par un beau programme comme des expositions, des concerts ou encore des ateliers de reliure et de gravure sans oublier les antipastis et les rencontres avec les auteurs invités !