Compte-rendu du festival Wine Nat White Heat #5 avec Alexandre Labbé

Le festival mêlant la dégustation de vin et la musique indépendante, autant dire que ça risquait évidemment d’attirer beaucoup de curieux.
Alors pour cette cinquième édition, Alexandre Labbé, l’un des gérant du festival dévoile son regard sur ce qui s’est passé les 16 et 24, 25, 26 Mai 2019.

Illustration de Gwendoline Blosse

Le festival existe depuis 2014, on peut facilement imaginer qu’il puisse évoluer de manière positive en attirant de plus en plus de monde, qu’est ce que tu retiens de cette édition ?

Cette édition était un peu spécifique pour nous car nous avons eu des têtes d’affiches plus conséquentes et nous avons par conséquent fortement augmenté notre budget. Cela a entraîné un peu de stress en interne car nous n’avons que peu de subventions, le reste, c’est quasiment de l’autofinancement mais nous avons le soutien de plusieurs fidèles ainsi que de partenaires privés. La prise de risque a payé, l’édition a très bien marché, le public semblait ravi, les bénévoles aussi. Nous avons attiré près de 2000 personnes en incluant les salons de vin.

Quel a été le défi le plus difficile à relever pour cet évènement ?
La plus grande difficulté c’était le stress interne lié à l’augmentation du budget.
Le reste a tourné, l’équipe est rodée et diablement efficace !

Quel est le sentiment des groupes étrangers quand ils viennent jouer à Nantes ?
Difficile à dire. Tout dépend de la qualité de l’accueil, de l’endroit dans lequel ils jouent. Pendant WNWH, les artistes semblaient satisfaits et détendus. Je pense qu’ils ont passé un très bon moment.

Et celui des viticulteurs qui viennent présenter leurs vins ?
Même chose. Ils semblent ravis de venir dans un contexte qui n’est pas très forcément habituel pour eux même si certains sont très amateurs de musique.

Y a-t-il un WNWH #6 l’année prochaine avec de belles surprises qui s’annoncent ?
Il y aura bien une 6ème édition. Sous quelle forme, nous ne savons pas. Ce qui est sûr, c’est que notre objectif n’est pas de grossir à tout prix. D’ailleurs, si elle est plus petite, nous l’assumerons. Nous ne voulons plus faire un maximum de groupes dans un maximum de lieux avec un maximum de vignerons. En revanche, nous voulons un festival confortable à tous niveaux.

Ce qui est sûr c’est que le prochain festival sera d’autant plus savoureux que celui-ci avec en prime une affiche pleines de surprises, une ambiance au poil et une sélection de vin à tomber par terre alors soyez présent l’année prochaine, y’en aura peut-être pas pour tout le monde !